La CNSD devient Les Chirurgiens-Dentistes de France

Des news toutes les semaines...

Objectivité

27 Mar 2019 | Edito

Il y a neuf mois que la Convention est signée et, depuis le début de l’année, les représentants des CDF sillonnent tout le territoire afin d’en expliquer le contenu. Une vingtaine de formations régionales, plus de 100 réunions locales, ce sont près de 10 000 consœurs et confrères qui auront assisté avant le 1er avril aux séances d’explications de la nouvelle Convention, soit un bon quart des praticiens exerçant dans notre pays.

Qu’ils soient chaleureusement remerciés de leur participation et de la confiance qu’ils nous ont témoignée. Le fait qu’ils ont massivement plébiscité nos formations, en les gratifiant d’indices de satisfaction élevés, nous conforte dans l’idée que l’option que nous avons prise est pertinente et non dénuée de sens.

Mais au-delà des satisfecit, ce qui interpelle le plus est leurs réactions spontanées au sortir de ces réunions. Nombreux sont celles et ceux qui nous ont remerciés pour le travail accompli et qui nous disent : « Nous sommes rassurés, on n’avait pas vu ça comme ça ! ».

Il y a, en effet, plusieurs manières de présenter les choses ! Le terme générique de « formation », suivant l’angle sous lequel on l’appréhende, prend divers aspects qui vont de l’information dans sa forme la plus objective jusqu’à la désinformation voire à la déformation dès lors qu’interviennent des critères subjectifs ou partisans.

On peut d’ailleurs se poser la question de notre objectivité, car négociateurs puis signataires, cela pourrait laisser supposer que nous ne sommes pas les plus impartiaux en la matière.

C’est pourtant ce à quoi nous nous sommes attachés tout au long de ces formations en ne nous cachant pas pour dire que cette Convention n’est qu’une étape, qu’elle comporte des imperfections, mais aussi des avancées significatives.

Ce texte est compliqué à expliquer, car il concrétise un effort partagé entre tous les acteurs : les financeurs, Uncam et Unocam et les praticiens dans un processus de rééquilibrage. La Convention n’est pas facile à porter, car elle amorce un virage qui intègre des notions qui orienteront notre activité vers une médecine bucco-dentaire en rupture avec celle que nous avons connue par le passé. Nos certitudes, issues d’un fonctionnement antérieur, sont remises en question par les profonds bouleversements techniques et sociétaux et les contours de l’activité future restent encore à définir.

Cette Convention, par nature clivante, ne peut évidemment pas emporter l’adhésion de tous, ni, à l’inverse, le rejet de tous. Comme tout contrat, il y a des éléments positifs et d’autres qui le sont moins. Nous n’avons pas manqué de souligner ce fait lors de nos formations. Mais le soulagement ressenti par nos confrères au sortir des réunions est révélateur d’un climat anxiogène sur lequel surfent certains de nos détracteurs.

Il y a eu le temps d’avant, celui de la construction du projet. Désormais, nous sommes confrontés à celui de la mise en application. Du concept, nous passons à l’application : des négociations in vitro, nous sommes confrontés à la réalité du terrain in vivo. Dans un esprit d’ouverture et de confraternité, nous nous sommes engagés à accompagner les praticiens afin qu’ils appréhendent ce passage le plus sereinement possible.

Nous poursuivrons cet effort au moyen d’autres réunions présentielles, mais aussi par un MOOC* gratuit et ouvert à tous, afin qu’en permanence ils puissent accéder aux informations de qualité dont ils ont besoin.

THIERRY SOULIÉ
Président confédéral

 

* Massive Open Online Course