La CNSD devient Les Chirurgiens-Dentistes de France

Des news toutes les semaines...

De l’importance du social !

6 Fév 2019 | Edito

Portrait de Doniphan Hammer Les CDF CNSDLors d’un sondage IFOP, à la question « Lorsque vous vous rendez chez votre chirurgien-dentiste, est-ce en priorité pour ? » 89 % des Français répondent « pour se faire soigner les dents et / ou la bouche ».

Cependant, lorsque le patient va chez son praticien, il découvre qu’il est bien plus qu’un simple soignant de la bouche, mais un spécialiste de la cavité buccale.

En effet, face à des pathologies aussi différentes que complexes, le chirurgien-dentiste va poser un diagnostic et établir un plan de traitement sur la foi d’observations cliniques issues des connaissances acquises sur les bancs de l’université et au cours de séances de formation continue, au moyen d’un plateau technique récent et innovant afin d’apporter des soins de qualité à ses patients. Cette vision de notre métier n’a rien de surprenant, elle est la plus commune et la plus répandue sur le territoire.

Mais de nos jours, ce schéma n’est plus aussi simple ni aussi uniformisé qu’auparavant. Diverses formes d’exercice coexistent désormais, où le cabinet dentaire s’est progressivement transformé en unités de soins structurées avec du personnel, des charges et un volet social à gérer. Cela constitue une petite révolution avec des modes de fonctionnement et des codes souvent méconnus des praticiens. À tel point que le chirurgien-dentiste n’est plus uniquement un soignant, il est devenu un véritable chef d’entreprise de santé libérale de proximité. Le social, c’est l’autre facette de notre exercice qui est malheureusement trop délaissée par la profession, souvent par manque d’intérêt, mais aussi par difficulté de compréhension. D’autant plus que son enseignement, même s’il est assuré lors de la formation initiale, ne permet pas de préparer correctement les futurs confrères et consœurs aux problématiques à venir.

Même si la solution pourrait être de déléguer la gestion totale à d’autres professions libérales, le chirurgien-dentiste doit néanmoins s’investir dans le social. Cette implication lui permettra de comprendre et de pouvoir développer de façon optimale son entreprise de santé. Dans un premier temps, par les ressources humaines pour savoir comment embaucher, à quel moment et pour quelles tâches. C’est aussi s’approprier la convention collective afin de pouvoir prendre en compte les spécificités de son métier au service de la gestion managériale de son entreprise. Cela, afin de créer une équipe dentaire cohérente et performante où la gestion économique et sociale de sa structure permet d’anticiper, d’optimiser et d’exercer sereinement.

N’étant pas « naturellement rompus » à ces exigences, nombre de praticiens se découragent et refusent de s’impliquer dans ce volet pourtant essentiel. C’est pourquoi Les CDF ont toujours apporté l’aide nécessaire et accompagné leurs syndiqués par des réponses précises via CDF-Services et des articles comme vous en trouverez dans ce numéro.

Pour que le terme « social » ne soit plus un mot « étranger », mais un paramètre organisationnel à prendre en compte, pour une meilleure efficacité du soignant au service de ses patients.

Doniphan HAMMER
1er vice-président