Le sens des choses !

 

thierry soulie sept17Il y avait matière à se mobiliser et, en ce sens, la semaine de fermeture des cabinets dentaires n’est pas passée inaperçue et n’a pas été inutile. Même si la ministre de la Santé a feint de ne pas être au courant ! Au début seulement, car elle n’a pu ignorer les nombreuses coupures de presse nationale et régionale, ni les échos sur les ondes et sur les réseaux sociaux, désormais vecteurs incontournables de communication.


Il est cependant regrettable qu’un des trois syndicats représentatifs de la profession qui, pour d’obscures raisons, préfère « attendre de voir comment se déroulent les négociations » avant d’agir, n’ait pas participé à cette action.
Étrange attitude quand on sait qu’il est toujours préférable d’anticiper, et en totale contradiction avec celle d’il y a un an lorsqu’il fallait « à tout prix » que la CNSD rejoigne une action de rue improvisée devant les grilles de la Cnamts, alors que nous étions, là aussi, en pleine négociation dont nous ne connaissions pas l’issue. Allez donc savoir pourquoi ce qui était bon en 2016 ne l’est plus en 2017 !


Dommage ! Cela s’appelle un acte manqué, certains diraient même « un abandon de poste », où l’unité tant prônée par ce même syndicat est battue en brèche. Leur décision de ne rien faire est même en mesure de compromettre des actions communes futures, car comment accorder crédibilité à des paroles et des actes si contradictoires ? Ce double langage qui s’ajoute à celui qui consiste à caresser les confrères dans le sens du poil, à leur raconter des histoires qu’ils aimeraient entendre, et à faire passer ses « concurrents syndicaux » pour des irresponsables coupables de collusion avec les pouvoirs publics, a quelque chose de déroutant, de dérangeant à bien des égards, pour ne pas dire d’insultant par moment.


Le combat, le vrai, ne consiste pas à jouer les fiers-à-bras devant un public acquis à sa cause.
Le vrai combat consiste à comprendre les enjeux et de faire au bon moment et au bon endroit des propositions constructives qui permettent à la profession de tirer le meilleur parti de la situation.


Beaucoup de confrères, qui s’étaient mobilisés au printemps, semblent avoir oublié que le règlement arbitral qui les avait fait sortir de leurs gonds est toujours en vigueur. Celui-ci n’a pas disparu, seules ses dispositions tarifaires ont été repoussées… d’un an ! En cas d’échec de la négociation, elles s’appliqueront au 1er janvier 2019. Si par malheur cette hypothèse se vérifiait, nous n’aurions plus guère de solutions pour sortir de l’impasse de ce texte qui serait alors gravé pour des années dans le marbre de la loi. Cela ne signifie pas pour autant que nous allons signer au seul motif de rejeter le règlement arbitral. Mais ce dernier n’étant pas abrogé, l’action de fermeture d’une semaine des cabinets, décidée au printemps, conservait toute sa légitimité, négociation en cours ou pas.


Il n’y avait donc aucune incompatibilité à dire et redire devant les médias les problèmes rencontrés par notre profession et à porter un discours qu’ils semblent enfin entendre à la lecture des articles parus. Sans faire miroiter des rêves qui n’ont pas lieu d’être, conscients que le grand soir dentaire ne sera pas pour demain et sans tirer des plans inconsidérés sur la comète, nous avons quelques espoirs de faire évoluer les choses dans le bon sens, dans un processus nouveau qui permette la transition d’une chirurgie dentaire qui a fait ses preuves vers une médecine bucco-dentaire plus moderne et d’avenir pour les générations qui arrivent.


C’était le sens de cette action, c’est dans ce sens qu’elle fut réussie !

 

Dr Thierry Soulié
Secrétaire général

@thierrysoulie

 

 

 

RAC 0 … Mission impossible ?


cm aout2014 2Les parlementaires viennent définitivement de refuser de supprimer le Règlement arbitral du paysage législatif. Ils ont adopté sans modification le report d’un an des dispositions tarifaires de ce texte, et ont, d’une certaine façon, souhaité « bonne chance » aux négociateurs pour sortir de cette situation.


Confiance qui certes nous honore, mais encore faudrait-il que cette négociation ne se transforme pas en « Mission impossible ».


Il y a un an, la bonne volonté des négociateurs avait rapidement été mise à mal par la menace ministérielle de Règlement arbitral : ce chantage avait rendu la discussion impossible, et avait logiquement amené les syndicats à se retirer sans achever la négociation.

 
Aujourd’hui, le contexte est différent : tout d’abord, parce que la réussite des discussions est quasiment la seule chance de sortir du piège du Règlement arbitral, qui sinon, s'appliquera totalement dès 2019. Par ailleurs, la volonté de la ministre de privilégier la négociation et laisser la possibilité aux acteurs conventionnels d’être force de proposition est affichée, et réaffirmée à maintes reprises. Mais un nouvel élément a surgi dans les objectifs : le Reste à charge zéro (RAC 0) promis par le Président de la République. L’objectif 2022 laissait croire que nous aurions le temps d’y réfléchir et y travailler, après avoir abouti à un nouveau texte conventionnel.


home dentisteMOr une nouvelle fois, le temps s’accélère et la pression politique vient interférer dans une concertation complexe. Alors que nous pensions que la négociation consisterait à améliorer le projet d'avenant 4, en le rendant viable pour les cabinets dentaires et en y injectant de la souplesse, l’incursion du RAC 0 vient s'inscrire au cœur du débat et changer complètement la donne.

 


Le RAC 0 est un transfert de financement : ce que le patient payait devra donc être assumé par les chirurgiens-dentistes et/ou par les financeurs obligatoires et complémentaires alors que l’État, à l’origine de la promesse, ne semble pour l’instant, pas disposé à investir le moindre euro.


Faut-il le rappeler, le RAC 0 existe déjà en dentaire ! Il est composé d’actes à tarif opposable et CMUC et représente même 80% de l’activité. Ce RAC 0 n’est possible que grâce à l’effort des chirurgiens-dentistes qui appliquent des valeurs inférieures au coût réel pour permettre l’accès aux soins. Et ce sont les 20% d’activité à honoraires libres qui rémunèrent le travail et payent le fonctionnement des cabinets dentaires. Contraindre cette part d’activité, c’est niveler la qualité des soins et détruire toute capacité à investir et innover.


Comme nous le lui avons soufflé dès son arrivée et consciente que transférer 2,4 milliards d’euros des patients vers les financeurs et les praticiens était illusoire, la ministre a réduit ses ambitions à la baisse et à un panier de soins dit indispensables, Mais ça ne règle rien pour autant, car comment définir ce qui est indispensable et ce qui ne l’est pas ? Et s’il fallait cibler une population bénéficiaire pour réduire encore le champ du RAC 0, comment la définir ?

 

La CNSD l’affirme haut et fort : aboutir à une nouvelle convention qui intègre la notion de RAC 0 sur la prothèse en gardant le même investissement que pour l’avenant 4 n’est pas viable ! Définir un panier de soins indispensable sans savoir quel financement supplémentaire y sera consacré est impossible. Nous ne pouvons pas, avec notre seule bonne volonté, résoudre la quadrature du cercle car c’est la survie de nos cabinets dentaires qui est en jeu.

 

L’État ne peut donc faire autrement que s’engager financièrement pour tenir ses promesses.


Dr Catherine Mojaïsky
Présidente
@chjmsk

 

 

bandeau lettre cd17 ROUGE DM

Pertinence

 

thierry soulie sept17Quel que soit le domaine, la pertinence a du sens, et tout particulièrement en matière de santé. Agnès Buzyn en fait d’ailleurs un de ses marqueurs politiques en y accolant la prévention et la qualité des soins. Coïncidence, ces trois items étaient à l’ordre du jour de la séance de négociation conventionnelle du 10 novembre.


De pertinence il était aussi question le 14 octobre quand la Haute Autorité de santé a réuni un panel de citoyens et de représentants d'usagers afin de recueillir leurs réflexions sur la notion du soin pertinent défini comme étant : « un soin utile et juste scientifiquement ayant une balance bénéfice/risque favorable, adapté aux besoins du patient et à son environnement de vie, et accessible à tous les citoyens aussi bien au plan géographique que financier ». Orientation partagée par les usagers, qui plaident « pour une conception de la pertinence élargie à la prise en charge globale et à la qualité de vie au-delà de la pertinence des soins prise isolément ».


Orientation partagée aussi par les professionnels de santé, à ceci près que c’est à eux qu’on demande cette pertinence, pour laquelle, dans le secteur dentaire, ils n’ont pas été beaucoup aidés. Tout le monde s’accorde à dire que s’il est un domaine où la prévention est pertinente, c’est bien le nôtre. Mais depuis des lustres, mis à part l’examen bucco-dentaire, si les gouvernants en ont souvent parlé, ils n’ont pas fait grand-chose pour agir, ni permis à notre pays de rattraper son retard. Ce n’est pas faute de les y avoir incités : lors de cette nouvelle négociation, la CNSD a fait des propositions pertinentes pour l’avenir de la profession.
Nous sommes donc en mesure de répondre à la demande de la ministre.


Mais, car il y a un « mais », cela ne pourra se faire sans investissements. Si nous partageons l’idée que le modèle actuel atteint ses limites, que la prévention doit prendre plus de place, que des techniques alternatives doivent progressivement se substituer à celles qui commencent à « dater », en clair, que la manière de soigner doit évoluer selon un concept plus économique en matière de tissus, plus écologique aussi, en un mot plus moderne, le « juste soin », les changements de paradigme et d’attitudes ne pourront se faire du jour au lendemain. Certes la profession est prête, mais là comme ailleurs, il faut donner du temps au temps afin de permettre à chacun de se former, d’évoluer, de s’organiser et d’intégrer toutes ces nouvelles techniques, fussent-elles très pertinentes.


Mais passer d’un système à un autre nécessite une pertinence économique. Or, c’est là que se situera la grande difficulté de mise en œuvre.
D’autant qu’est venue se greffer le « zéro reste à charge » qui laisse perplexe autant la profession que les financeurs. La ministre reste déterminée sur cette promesse du président de la République, mais aussi très évasive quant à sa mise en musique. Et si nous sommes sensibles à sa volonté de concertation, la question de son financement est loin d’être claire. En effet, si reste à charge zéro il doit y avoir, il ne pourra se faire sans financements supplémentaires par rapport à l’enveloppe allouée à la négociation en cours. Or, il ne saurait être question que la profession, déjà touchée par les plafonds CMU-C/ACS, soit le dindon de la farce de cette promesse démagogique.


Dans une perspective d’avenir tant pour les praticiens que pour l’accès aux soins, l’idée d’accompagner une certaine évolution et celle de partager une vision prospective de notre métier sont totalement pertinentes.
Mais la pertinence ne prendra tout son sens que dans une vision globale de l’activité, et non parcellaire.


La plus grande pertinence est de tirer les leçons du passé pour ne pas reproduire les mêmes schémas. C’est l’enjeu majeur de la négociation.

 

Dr Thierry Soulié
Secrétaire général

 

bandeau lettre cd17 ROUGE DM

 

Être acteur de son destin

 

cm aout2014 2« C'était peut-être pas votre question, mais c’est ma réponse ! »* Cette phrase célèbre, raillée et détournée par de nombreux humoristes, est sans nul doute le meilleur exemple de ce que peut être un dialogue de sourds. Et c’est ce qu’on peut parfois entendre dans la négociation conventionnelle actuelle, où certains s’obstinent à ne pas répondre aux questions posées et continuent à afficher des propositions, sans nul doute pertinentes, mais qui ne permettent pas de répondre aux objectifs fixés par le gouvernement et l’Assurance maladie.


Or, les délais pour signer un accord conventionnel qui permettra de sortir de la nasse du règlement arbitral, ne sont pas extensibles à l’infini. Les solutions à trouver relèvent de la quadrature du cercle, tant les paramètres sont complexes à associer : volonté partagée par tous les acteurs de changer les pratiques, mais un budget contraint qui oblige à faire des choix.
Sans oublier la difficulté supplémentaire apportée par le « reste à charge zéro », qui devient un nouvel objectif prioritaire dans des délais plus contraints que ceux initialement affichés, puisque les dispositions règlementaires le mettant en place devraient arriver dans un an.

Lire la suite...

Enquête ou inquisition ?

 

tsoulie avr17 homeLa CNSD a été auditionnée, le 26 octobre, par l’Autorité de la concurrence, dans le cadre d’une plainte d’une plate-forme assurancielle à l’encontre d’un syndicat professionnel, et plus largement dans celui d’une enquête sur les réseaux de soins et les centres low-cost.
L’objectif est de savoir si nous n’aurions pas enfreint la loi de la concurrence et appelé au boycott, tant des réseaux de soins que des centres low-cost.


C’est ainsi que la présidente et le secrétaire général de la CNSD ont été amenés à répondre aux questions des quatre rapporteurs de l’Autorité, reçus au siège confédéral, et à leur fournir toutes les pièces ayant trait de près ou de loin à la communication de la CNSD depuis l’entrée en vigueur de la loi Le Roux.

Lire la suite...

Pour une médecine bucco-dentaire moderne

 

cm aout2014 2Depuis sept mois, les chirurgiens-dentistes sont sous règlement arbitral : la Convention a été écrasée à la suite d'une décision arbitraire de Marisol Touraine, précédente ministre de la Santé, qui y voyait une communication facile pour convaincre qu’elle avait résolu les difficultés d’accès aux soins dentaires. Trente années d’immobilisme et leurs impacts nuisibles prétendument réglés d’un trait de plume !

La preuve était faite pour tous ceux qui en doutaient, que les pouvoirs publics n’ont aucun état d’âme pour passer en force quand le dialogue est rompu.


Si ce règlement arbitral devait perdurer et si ses dispositions tarifaires devaient s’appliquer, c’est une chape de plomb qui s’abattrait sur la médecine bucco-dentaire.
Les clauses de sauvegarde inévitables, si l’accès aux soins s’améliorait en raison de l’augmentation des dépenses, signeraient une régression sans précédent : baisse des investissements, incitation aux choix thérapeutiques archaïques, qualité altérée…

Lire la suite...

Marronnier

 

tsoulie avr17 homeEn journalisme, le marronnier est un article ou un reportage d’information consacré à un événement récurrent où les sujets débattus sont traités souvent de façon simpliste. La plupart du temps, ils meublent une période creuse, et, quand il s’agit d’un dossier sensible, ils peuvent faire l’objet de « reportages » aux heures de grande écoute.


Dans le contexte économique difficile actuel, quel meilleur sujet que le dentaire pour faire de l’audimat un dimanche soir !


Comme à chaque fois, nous avons eu droit aux clichés du prothésiste qui travaille dur pour confectionner une céramique avec son pinceau, que le dentiste vendra cinq à dix fois le montant de sa facture, au vertueux modèle économique low-cost du seul fait que les honoraires seraient inférieurs à ceux des cabinets libéraux, à la plaidoirie d’une directrice de plateforme pourfendeuse de tarifs sans s’occuper de savoir ce qu’il y a derrière, et, cerise sur le gâteau, des soins délocalisés vendus comme d’autres vendent des vacances.

Lire la suite...

Site développé par Médialis