La CNSD devient Les Chirurgiens-Dentistes de France

Nouveau site prévu pour début 2019

#MoisSansTabac : le rôle clé du chirurgien-dentiste 

6 Nov 2018 | Actualités, Convention

Philippe BouchardDepuis le 27 janvier 2016, les chirurgiens- dentistes peuvent prescrire un certain nombre de traitements nicotiniques de substitution (TNS) pour soulager les symptômes de sevrage, réduire l’envie de fumer et prévenir les rechutes*.

Ces TNS prennent la forme de gommes, de patchs, d’inhalateurs, de sprays nasaux ou encore de pastilles sublinguales. « Ils augmentent le taux de succès à long terme de 50 à 100 % », souligne Philippe Bouchard (photo), chirurgien-dentiste de l’hôpital Rothschild (AP-HP) et responsable du département de parodontologie de l’Université Paris-Diderot.

L’Assurance maladie les prend en charge à 65 % ou, le cas échéant, à hauteur de 150 € par an. Les chirurgiens-dentistes peuvent également informer leurs patients sur les risques liés au tabac et accompagner ceux qui désirent arrêter de fumer. Et ce, selon trois techniques :

  • l’intervention brève combinée à l’examen dentaire, qui « entraîne 2,5 fois plus de chances d’arrêter de fumer qu’individuellement»,
  • l’entretien de motivation au cabinet dentaire « qui aboutit à des taux de sevrage de 20 à 38 % »,
  • l’intervention intensive, soit cinq visites pendant trois mois combinant un entretien et la prescription de deux traitements nicotiniques de substitution (patch et gomme). « Au bout de 12 mois, il a été constaté que 36,4 % des personnes cessent de fumer contre 13 % dans le cas d’un arrêt individuel », explique le chirurgien- dentiste.

 

* Ils sont listés sur le site ameli.fr, rubriques « Chirurgiendentiste > Votre exercice libéral > Prescription et prise en charge des patients > Règles de prescription et formalités > La prise en charge du sevrage tabagique ».

MoisSansTabacLes fumeurs s’arrêtent rarement seuls

En 2016, 67 % des fumeurs ayant fait une tentative d’arrêt en lien avec #MoisSansTabac ont eu recours à un professionnel de santé (19%)  ou à une aide :

  • cigarette électronique (33 %),
  • substituts nicotiniques (27 %),
  •  et site de Tabac info service (22 %).