La CNSD devient Les Chirurgiens-Dentistes de France

Nouveau site prévu pour début 2019

Elections CARCDSF : Qui sont les candidats CNSD du collège 4 ?

17 Avr 2018 | Actualités, Retraite

A partir du 14 mai 2018 auront lieu les élections du conseil d’administration de la Caisse autonome de retraite des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes (CARCDSF).

Dix candidats représenteront la CNSD. Rencontre avec les quatre postulants du collège 4, Auvergne-Rhône Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse. Pour le collège 4, votez pour deux binomes.

Cyrille Bourgaux CNSD CARDSF College 4 Candidat titulaireCyrille Bourgaux, 57 ans, chirurgien-dentiste à Vouillé (Deux-Sèvres), candidat titulaire

Pourquoi vous présentez-vous ?

Je suis administrateur suppléant depuis six ans. Avec le redécoupage de la carte des collèges électoraux, je me retrouve séparé de mon binôme, Éric Quièvre, administrateur titulaire. J’ai donc décidé de franchir le pas et de me représenter en tant que titulaire.

Cette première expérience de suppléant a été extrêmement formatrice. Tout au long de ce mandat, j’ai appris à connaître les personnes qui œuvrent au sein de la Caisse au quotidien. Cela m’a permis d’appréhender au mieux la place de chacun et, de fait, mon propre rôle. Par ailleurs, les sujets liés à la retraite – ses évolutions, sa gestion – m’intéressent depuis longtemps. J’ai rejoint, il y a quelques années, la commission des Affaires économiques de la CNSD en charge, notamment, des questions sur la retraite. Tout cela me permet d’avoir une vision assez complète du sujet.

Que souhaitez-vous défendre ?

Parmi les sujets qui me tiennent à cœur, il y a bien évidemment l’autonomie de la

CARCDSF. Il faut impérativement préserver sa pérennité. Nos réserves représentent les efforts des actifs. Il est impensable qu’elles soient contrôlées par un tiers. La solidarité doit prévaloir au sein de la profession.

Quelles évolutions pour la CARCDSF ?

Je vois plutôt une continuité dans l’action menée. Notre Caisse a une gestion saine et prudente. Il faut poursuivre ainsi et maintenir ce cap en s’adaptant aux évolutions notamment démographiques. Des évolutions qui ne sont pas toujours faciles à anticiper.

D’abord parce qu’il y a un mouvement international avec l’arrivée de praticiens venus d’Europe. Et que les revenus évoluent.

 

Sophie-Caroline Thomas, 55 ans, chirurgien-dentiste à Souston (Landes), candidat suppléant

Qu’est-ce qui vous conduit à vous présenter ?

Depuis quelques années, l’ensemble du secteur de la santé subit des attaques répétées de la part des gouvernements successifs. Je suis effarée car la situation ne cesse de se dégrader au fil des ans : lourdeurs administratives, multiplication des normes, diminution des remboursements des patients, augmentation des prix des mutuelles, absence de la prise en compte des charges réelles des cabinets… Ajoutons à cela l’arrivée à grands pas de la future réforme des retraites. Nous ne pouvons plus rester dans nos cabinets à attendre que tout se décide. Je m’engage parce que je veux être actrice de mon futur.

Quels sont vos axes politiques ?

Je suis très inquiète quant au devenir de notre caisse. Les derniers comptes sont bons, la gestion est rigoureuse. Mais il va falloir se battre pour préserver tout cela. Car la réforme qui s’annonce est, à mon sens, un véritable « pillage ». Et à l’évidence, elle va être réalisée avec une iniquité totale.

Votre engagement syndical est-il lié à votre candidature ?

Je suis syndiquée depuis 1989, date de mon installation. Depuis je n’ai jamais cessé de m’impliquer pour défendre la profession : grève, manifestations, fermeture de cabinets. De plus, je me suis toujours énormément intéressée à l’actualité et aux problématiques qui touchent le métier de chirurgien-dentiste. La CNSD, via notamment son site et son magazine, m’est d’un grand secours. C’est essentiel pour saisir les enjeux à venir. Enfin, aujourd’hui, mes enfants sont grands, j’ai encore plus de temps pour investir le champ syndical. Il ne faut pas rester isolé dans notre profession. Notre force, c’est le nombre.

Martine Segarra, 49 ans, chirurgien-dentiste à Pia (Pyrénée-Orientale), candidate titulaire, présidente de la CNSD 66

Je me présente pour participer à la vie de la profession. Pour rendre service ! J’ai été suppléante durant six ans. Cela m’a permis d’appréhender bon nombre de sujets. J’avais la volonté de m’impliquer encore plus, d’avoir un rôle plus important en me présentant comme titulaire. Je ne suis pas encore au fait de tous les dossiers mais certains demeurent incontournables. Je pense notamment à l’autonomie de la Caisse. Je suis à la CNSD depuis 2001. Être actif dans la vie syndicale est, à mon sens, un plus lorsque l’on souhaite rejoindre les rangs de la CARCDSF. Entre les conseils d’administration, les assemblées générales et les travaux en commission, nous avons une vision assez globale des enjeux auxquels est confrontée la profession de chirurgien-dentiste. Cette connaissance des dossiers nous permet d’être réactifs et de travailler efficacement. Concernant l’évolution, nous pourrions peut-être mener une réflexion autour de la visibilité de la Caisse dans les départements. Il faudrait sans doute aller vers un ancrage territorial un peu plus marqué.

Fabienne Bajolle, 56 ans, chirurgien-dentiste à Pavie (Gers), candidate suppléante, présidente de la CNSD 33

J’ai toujours eu à coeur de comprendre ma profession et la manière dont elle évolue. Pour cela, il est nécessaire de sortir la tête de son cabinet. Lorsque l’on m’a sollicitée pour présenter ma candidature, j’ai saisi l’opportunité. Les sujets liés à la retraite sont nombreux. Mon rôle de suppléante va me permettre d’entrer doucement mais sûrement dans le coeur de ces sujets. Notre Caisse est très bien gérée. Notre rôle sera de maintenir ce cap. Il faut veiller à ce que la Caisse reste autonome. J’imagine également ma mission comme celle d’un relais. Je me tiendrai à disposition de mes consoeurs et de mes confrères pour partager l’information, leur venir en aide si besoin. Enfin, il me semble important que des chirurgiens-dentistes en activité participent à la vie de la CARCDSF. Nous faisons remonter ce qui se passe sur le terrain, dans les cabinets. C’est du concret. Et le fait que les élus viennent des quatre coins de la France, chacun avec des problématiques liées aux spécificités de leurs territoires, est une dimension importante.

Les courriers de vote seront envoyés dès le 14 mai. Surveillez votre boîte aux lettres et répondez dès réception en adressant votre suffrage au siège de la CARCDSF, 50 avenue Hoche, 75008 Paris.

Utilisez l’enveloppe retour et le bulletin qui vous est adressé.